Bonjour,

Tout d’abord je vous souhaite une excellente année 2016 pour vous et tous vos proches !

Il est de tradition en cette période de l’année de faire une revue de l’année précédente suivie par les prévisions de l’année qui vient de démarrer.

L’année 2015 a été marquée par deux révolutions que sont les Objets connectés et le Big data. Ces deux avancées technologiques ont mis en lumière le fait que la chaîne de valeur des sociétés d’assurance est basée sur la collecte, le traitement et la restitution des données non seulement pour estimer le risque et tarifer mais aussi pour gérer la relation client, les contrats et les prestations. En somme, pour paraphraser une expression que l’on entend beaucoup en ce moment, « la donnée est bien le pétrole des assureurs ». D’où une mise en concurrence potentielle directe avec les géants spécialistes des données et des algorithmes que sont les GAFA (Cf. article sur Facebook) auxquels s’ajoutent les grands de la téléphonie mobile comme Samsung (Cf. article) et Orange.

Ce qui change fondamentalement avec les objets connectés est que les « matières et personnes assurables » ont acquis la parole et pourraient transmettre des données personnelles en flux continu aux assureurs. Ainsi, on passe alors d’une estimation à une « lecture » du risque et d’une tarification progressive à une tarification en temps réel. Le Big data quant à lui modifie les modalités de calcul des risques. Alors que traditionnellement, ce calcul est basé sur des lois statistiques relatives à de larges segments de population, le Big data utilise des corrélations entre un profil et une typologie de profils – résultat d’un algorithme appliqué à un très grand nombre de données.

Big data et objets connectés ont donné naissance à l’assurance connectée dont on a pu voir cette année les premières applications concrètes en automobile (AXA et Allianz) et plus modestement en assurance habitation (AXA). En matière de santé, du fait de la règlementation, les assureurs ont surtout développé des programmes de prévention connectée. Les plus en pointe actuellement sont Malakoff-Médéric et la MGEN.

L’année 2016 va être l’année de l’Insurtech (Cf. mon article sur le sujet publié dans Maddyness). Composante de la fintech, elle est constituée par l’ensemble des start-ups qui s’appuient sur de nouvelles technologies et/ou de nouveaux usages pour faire évoluer radicalement le business model de l’assurance. Ces toutes jeunes sociétés concrétisent les impacts des dynamiques disruptives sur la chaine de valeur de l’assurance (Digital au sens large, Big data, objets connectés, économie collaborative, Blockchain, machine learning, intelligence artificielle, e-santé, automobile connectée et autonome, maison connectée,…). Les places les plus dynamiques sont les USA côtes Ouest et Est, Londres, Paris et la Chine.

Même s’il faut bien avouer que les premières réalisations sont encore modestes par leur nombre, leur rythme et leur valeur ajoutée, il me semble que nous sommes au tout début d’une transformation de grande ampleur de notre métier et de la façon de l’exercer.

Bonne lecture !

Jean-Claude Sudre