Blockchain

Bonjour,

Une fois, n’est pas coutume c’est un article qui ne concerne pas l’assurance qui a eu le plus de succès le mois dernier. Il concerne l’initiative du PDG d’Accor de mettre en place un COMEX des moins de 35 ans avec une majorité de femmes. Encore un signe de la transformation radicale qu’engendre la révolution digitale. Les « digital native » n’ont pas la même vision du monde que les générations qui les précèdent et c’est irrémédiable. Sébastien Bazin ose même garantir que “50% des choses qu’ils vont dire sont probablement à l’inverse des décisions que j’aurais prises si je ne les avais pas écoutés.” Quelle société d’assurance serait prête à faire de même ?

L’insurtech continue à attirer l’attention. Sauf exception comme Oscar aux USA, ces start-ups sont pour l’essentiel des courtiers qui devront travailler en bonne intelligence avec les assureurs en place mais une part sera prise dans la chaîne de valeur et ce sont de nouveaux canaux de distribution dont il faudra tenir compte.

Un sujet chaud qui prend de l’ampleur et constitue une nouvelle révolution dans la révolution est la blockchain. On assiste actuellement à l’émergence d’un phénomène naissant de désintermédiation des institutions financières traditionnelles (banques / sociétés d’assurance) et de réintermédiation par des plates-formes digitales (comme celles de crowdlending pour la banque et celles P2P pour l’assurance). On pourrait imaginer aisément que ces nouvelles plates-formes digitales soient elles-mêmes court-circuitées par des réseaux blockchain pour lesquels ce sont les membres du réseau eux-même qui garantissent mutuellement et collectivement la validité des transactions.

Bonne lecture !

Jean-Claude Sudre

Accédez aux articles : Newsletter Assurance du futur Février 2016